Les aventures de Martin le savant (XII) Gâteaux et biscuits de Noël

— Martin, tu vas m'aider à préparer un goûter pour tes cousins ? a demandé sa mère depuis la cuisine.

Le garçon scientifique, qui lisait un magazine sur le corps humain, quitta sa lecture pour l'accompagner. Bientôt ses cousins ​​​​Sol et Mateo arriveraient avec leurs oncles pour célébrer le Nouvel An et Martin avait promis à sa mère qu'il l'aiderait dans les préparatifs. Pourtant, une partie de lui voulait continuer à voir des choses sur le fonctionnement du corps humain. Deux cent six os recouverts de muscles laissaient beaucoup à apprendre !

Dans la cuisine, la maman de Martin avait déjà préparé les moules pour faire des bonhommes en pain d'épice et des crêpes. Sur la table, il pouvait également distinguer divers ingrédients tels que la farine, le gingembre, le beurre et les œufs. Pourtant, il y en avait quelques-uns dont je n'étais pas sûr de ce qu'ils pouvaient être.

— La première chose que nous devons faire pour les biscuits est de mélanger les ingrédients secs — dit sa mère en mettant un tablier.

La mère et le fils ont mélangé les choses dans l'ordre indiqué par la recette et Martin a commencé à sentir que c'était comme les instructions pour ses expériences. Dans son esprit, la cuisine n'était qu'un autre endroit pour créer des changements physiques et chimiques. C'est pourquoi au moment où ils ont fini de mélanger les biscuits et le mélange à crêpes, elle savait qu'en les coupant avec le moule du petit homme, elle les modifiait physiquement.

— Maintenant, doit-on les mettre au four ? demanda Martin, voulant pouvoir manger l'un des premiers biscuits, puisque ceux au gingembre étaient ses préférés après ceux au chocolat.

— Oui, je vais les mettre avec précaution car le four est très chaud.

— Température élevée, n'est-ce pas ? dit Martin avec enthousiasme.

— Exactement ! Le feu fait que toute cette chaleur augmente la température à l'intérieur du four — sa mère a accepté avec un sourire.

— C'est pourquoi les biscuits cuisent et changent chimiquement au fur et à mesure qu'ils entrent,— dit Martin pensivement.

Ils attendirent tous les deux trente minutes que leurs délicieuses créations soient prêtes pendant qu'ils lavaient et rangeaient les ustensiles qu'ils avaient utilisés pour les fabriquer. Finalement, lorsque le chronomètre leur a dit qu'ils étaient prêts, la mère de Martin a retiré le plateau et l'a laissé sur le comptoir. Ils avaient l'air incroyable !

Au moment où ils ont refroidi, Martin a attrapé l'un des vendeurs de crêpes et n'a pas pu s'empêcher de penser que c'était drôle à quel point c'était spongieux. Elle a essayé de le mettre debout sur la table mais ses petites jambes ont fléchi derrière lui et il est tombé. Puis il a essayé la même chose avec celle au gingembre mais cette fois, ça a tenu ! Une idée folle lui vint à l'esprit. Le bonhomme en pain d'épice, rigide mais capable de se soutenir, était comme les os du corps humain, tandis que l'homme aux crêpes était élastique et malléable comme les muscles. Martin a essayé de plier le bras du bonhomme en pain d'épice mais il s'est cassé. C'est pourquoi il avait besoin des deux : des os et des muscles !

— Comment allez-vous ? demanda sa maman.

— Ils ont bon goût ! s'exclama Martin.

— Je suis content de l'entendre, mais ne trouvez-vous pas que ces petits hommes ont l'air ennuyeux ? Nous devrions les décorer - a-t-elle finalement dit.

Ensemble, ils ont dessiné des sourires et des vêtements de Noël avec le glaçage. Et puis ils les ont laissés reposer au frigo pour que leurs décorations se solidifient.

Une heure plus tard, Sol et Mateo sont arrivés ensemble pour regarder un film de Noël en buvant un chocolat chaud. À la fin du film, il restait encore un bon moment avant l'heure du dîner, alors ils ont décidé qu'il était temps de jouer quelque chose, mais quoi ?

— Allons-nous jouer avec mes voitures ? a demandé Mateo.

— Je ne les aime pas — dit Sol —. C'est la seule chose qu'on joue à la maison, faisons autre chose !

— Je sais ! Martin s'est soudain exclamé en voyant les gobelets en plastique sur la table.Faisons un téléphone !

— Quelle chose ? — demanda Sol surpris

— Comment allons-nous procéder ? dit Mateo, ne croyant pas ce que disait son cousin.

— C'est simple, nous n'avons qu'à suivre les instructions d'un de mes magazines — dit Martín.

Les trois enfants sont allés dans la chambre de Martin et il a sorti un magazine d'expériences de son étagère. Puis, après avoir parcouru ses pages, il leur montra l'image de deux enfants avec un verre sur l'oreille.

— Comment cela peut-il être un téléphone ? a demandé Mateo.

— Lorsque nous parlons, nous émettons des ondes sonores. Ces ondes font vibrer le fond des gobelets en plastique. C'est pourquoi nous pouvons nous entendre même à travers une vitre. Pour cela, nous devons les joindre avec un fil de laine.

— Allons-y ! dit Mateo avec enthousiasme.

Ils ont chacun attrapé deux verres et la première chose qu'ils ont faite a été de faire un petit trou au centre du fond de chacun. Ensuite, ils ont pris le fil de laine et l'ont passé à travers le trou des deux verres, en faisant des nœuds aux extrémités.

— Maintenant oui ! dit Martin en tendant un de ses verres à Sol.

— Vous m'entendez ? murmura-t-elle.

— Je vous entends ! dit Martin.

- Martin, prends l'un des miens - a demandé Mateo et son cousin scientifique aussi.

— Bonjour ! murmura Martin, ce qui fit ouvrir les yeux à Mateo de surprise. Il a été entendu !

Enfin, la tante de Martín les a invités à dîner et ils ont tous reçu Noël ensemble.

.

laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés.