Échecs pour parents et enfants

Si nous parlons de jeux de société, les échecs sont sans aucun doute le champion de tous, grâce à son niveau de difficulté et aux capacités mentales qu'il nécessite pour pouvoir le réaliser.

Les échecs sont l'un des jeux les plus recommandés pour s'amuser avec nos petits, tout cela grâce au fait qu'il aide considérablement au développement mental de l'enfant, éveille sa logique, son raisonnement et augmentez votre QI.

Bénéfices des échecs chez les enfants

Ce sont les avantages les plus importants que les échecs génèrent chez les plus petits.

  • Stimule la capacité d'analyse
  • Augmenter la mémoire
  • Développer l'empathie
  • Aide à socialiser
  • Contribue à la capacité de résoudre des problèmes
  • Stimule la créativité
  • Augmente la concentration
  • Stimule les compétences organisationnelles
  • Augmente la capacité organisationnelle
  • Développer l'intelligence
  • Aide dans le processus d'adaptation aux normes et réglementations

Comment apprendre aux échecs aux enfants ?

La première chose que nous devrions éviter est de leur imposer l'activité, tout enfant qui se sent obligé de faire quoi que ce soit se sentira rejeté pour ce qui lui est imposé.

Pour éveiller la curiosité du petit par rapport au jeu, le mieux est de le stimuler par la vue, pour cela on peut choisir d'organiser des jeux entre adultes et proches autour afin que l'enfant observe comment il joue et commence à ressentir le besoin d'apprendre.

D'un autre côté, nous devons comprendre que la façon dont les enfants voient les jeux est différente de celle des adultes. C'est pourquoi il faut décrire de manière plus didactique, ce que signifie le jeu. Il sera plus facile pour un enfant d'imaginer la bataille de deux royaumes se battant pour gagner du territoire, faire des prisonniers et s'emparer de tout le champ de bataille, qui dans ce cas est un simple plateau.

Quelle est la première chose que les enfants devraient apprendre sur le jeu d'échecs ?

Après avoir expliqué de manière créative ce que signifie le combat qui se déroule sur l'échiquier, nous devons procéder à leur montrer les mouvements, mais pour cela nous devons aller du plus simple au plus complexe.

Nous commencerons par vous indiquer comment déplacer les tours correctement, puisque leur mouvement est très simple, puis nous vous apprendrons le mouvement du fou.

Après les deux pièces les plus faciles, nous devons leur dire comment se déplace la reine, puis le roi, puis le chevalier. Enfin, pour finir d'expliquer les mouvements du pion, qui est la pièce la plus abondante sur l'échiquier.

Bien que le jeu se termine lorsque l'échec et mat est atteint, nous ne devons pas montrer ce fait comme l'objectif central, car cela pourrait générer de l'anxiété chez l'enfant, l'amenant à faire des erreurs dans les mouvements pour dans le but de réaliser cette action. Pour cela, il faudra préciser que l'objectif central est la capture de tous les membres de l'armée ennemie.

Comment se déplacent les pièces d'échec ?

À l'exception du chevalier, toutes les pièces se déplacent d'une manière quelque peu similaire, puisque se déplace en ligne droite, en faisant varier la direction de ses pas, certaines se déplacent en diagonale, tandis que d'autres se déplacent droit de côté, en avant et en arrière.

Le pion : c'est la pièce la moins puissante de tout le bataillon, cependant c'est celle qui a le plus grand nombre d'unités.Pour pouvoir le déplacer, il faut faire un seul pas, sauf pour le premier mouvement, qui peut être de deux, la direction dans laquelle il se déplace doit être en diagonale uniquement vers l'avant

Le fou : les mouvements du fou sont similaires à ceux du pion, sauf qu'il n'est pas limité à un pas, puisque peut se déplacer là où le plateau se termine ou là où il est une autre pièce, puisqu'elle ne peut sauter par-dessus aucune autre pièce. Dans chaque armée, il y a deux évêques.

La tour : la tour ne peut pas non plus sauter par-dessus une pièce et ses mouvements sont illimités jusqu'à la fin du plateau, elle se déplace verticalement et horizontalement. Il y a aussi deux tours dans chaque équipe.

Le chevalier : C'est la pièce qui diffère le plus par ses mouvements, à commencer par le fait que son mouvement est en forme de "L" occupant trois cases, en plus d'être la seule pièce autorisée à passer par-dessus d'autres pièces.

La reine : C'est sans aucun doute la pièce qui a le plus de puissance, c'est parce que ses mouvements peuvent être diagonaux, verticaux ou horizontaux de manière illimitée, je n'ai pas non plus pu sauter par-dessus une autre pièce et pour capturer l'ennemi, il doit occuper son espace.

Le roi : Comme dans tous les royaumes, le roi est le plus important, cependant la limitation de ses mouvements en fait l'une des pièces avec la plus grande faiblesse, son mouvement se produit d'une manière en diagonale, horizontalement et verticalement, à la différence que vous ne pouvez faire qu'un seul pas à chaque tour.

La partie se termine lorsque le roi est assiégé, c'est-à-dire lorsqu'il n'y a plus d'espace où se déplacer sans gêner l'une des pièces ennemies, cette situation est connue sous le nom d'échec et mat.

Curiosités sur les échecs

  • Ce jeu intéressant est né au 15ème siècle en Europe, après qu'un jeu connu sous le nom de Shatranj ait subi une évolution.
  • Le premier championnat du monde officiel a eu lieu en 1866, lorsque Wilhelm Steinitz est devenu champion, après avoir battu Adolf Anderssen.
  • Il existe un tableau pour classer les joueurs au niveau international, de 0 à 1400 est considéré comme débutant, de 1400 à 1800 amateur, entre 1800 et 2200 est classé comme semi- professionnel, entre 2200 et 2600 est pour les joueurs professionnels ou maîtres et entre 2600 et 2800 est appelé Elite Player.
  • Seuls 3 joueurs dans le monde ont réussi à dépasser les 2 800 points de classement.
  • A l'origine, l'évêque était représenté par un éléphant, en fait son nom vient du mot arabe "al fil", qui signifie éléphant.
  • Dans certaines langues, l'évêque est appelé "l'évêque"

.

laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés.