William Herschel, astronome allemand, est né le 15 novembre 1738 à Hanovre, en Allemagne.

Ce jour (15 novembre 1738) à Hanovre, en Allemagne, William Herschel, un astronome allemand, est né
William Herschel a commencé une carrière musicale comme son père. La curiosité intellectuelle d'Herschel et son intérêt pour la musique l'ont finalement conduit à l'astronomie. Après avoir lu "Harmonics, or the Philosophy of Musical Sounds"(1749) de Robert Smith, il a également lu "A Compleat System of Optics"(1738) de Smith, qui décrit la construction du télescope techniques. Il a également lu "L'astronomie expliquée dans les principes de Sir Isaac Newton et rendue facile à ceux qui n'ont pas étudié les mathématiques" (1756) de Jamer Ferguson et "Les éléments de la trigonométrie" (1749) , "Les éléments de l'optique" (1768) et "Les principes de la mécanique" (1754) par William Emerson.
Herschel a suivi les cours d'un constructeur de miroirs local et, ayant acquis à la fois des outils et un niveau d'expérience, a commencé à construire ses propres télescopes à réflexion . Je passais jusqu'à 16 heures par jour à meuler et à polir les métaux miroirs primaires du spéculum. Il avait l'aide d'autres membres de la famille, notamment sa sœur Caroline et son frère Alexandre, un artisan mécanicien qualifié.
"Il commença à regarder les planètes et les étoiles" en mai 1773 et le 1er mars 1774 il commença un journal astronomique enregistrant ses observations des anneaux de Saturne et la Grande Nébuleuse d'Orion (M42).
Les premiers travaux d'observation d'Herschel se sont rapidement concentrés sur la recherche de paires d'étoiles rapprochées visuellement. Les astronomes de l'époque espéraient que les changements au fil du temps dans la séparation apparente et l'emplacement relatif de ces étoiles fourniraient des preuves à la fois du mouvement propre des étoiles et, via des changements de parallaxe dans leur séparation, de la distance des étoiles à la Terre.
En mars 1781, lors de sa recherche d'étoiles doubles, Herschel remarqua qu'un objet apparaissait sous la forme d'un disque. Herschel pensait à l'origine qu'il s'agissait d'une comète ou d'un disque stellaire, et il croyait qu'il pouvait vraiment le comprendre. Il a rapporté l'observation à Nevil Maskelyne, l'astronome royal . Il en fit de nombreuses autres observations, puis l'académicien russe Anders Lexell calcula l'orbite et découvrit qu'elle était probablement planétaire.
Au début des années 1800, Herschel testait différents filtres pour laisser passer la lumière du soleil et il a remarqué que des filtres de différentes couleurs semblaient générer différentes quantités de chaleur. Il a décidé de faire passer la lumière à travers un prisme pour mesurer les différentes couleurs de la lumière à l'aide d'un thermomètre , et dans le processus, a pris une mesure au-delà de l'extrémité rouge du spectre visible . Il a détecté une température supérieure d'un degré à celle de la lumière rouge. D'autres expérimentations ont conduit Herschel à la conclusion qu'il doit y avoir une forme de lumière invisible au-delà du spectre visible. Il publia ces résultats en avril 1800.
Par curiosité de commenter qu'Herschel était sûr d'avoir trouvé de nombreuses preuves de vie sur la Lune et de la comparer avec la campagne anglaise. Il ne s'est pas privé de théoriser que les autres planètes étaient peuplées, avec un intérêt particulier sur Mars, qui était dans la lignée de la plupart de ses scientifiques contemporains. À l'époque d'Herschel, les scientifiques avaient tendance à croire en une pluralité de mondes civilisés ; en revanche, la plupart des penseurs religieux se référaient aux propriétés uniques de la terre. Herschel est allé jusqu'à supposer que l'intérieur du soleil était peuplé.
-------------------------------------------- -----------------------------------------------
- regardez !
- Où ?
- là !
- Où ?
- là !
- que voyez-vous ?
- La Lune !
- non !
- oh... une étoile
- non !
- une étoile filante
- non !
- eh bien... le gros ours ?
- non !
- eh bien je ne sais pas
- mon doigt !
- votre doigt ?
- oui !
- et qu'est-ce qui ne va pas avec votre doigt ?
- Je me suis coupé l'ongle !
- enfin... et les autres doigts ?
- petit à petit...
.

laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés.